Affiche
Notre Histoire
Le YMCA a été introduit en Haïti pour la première fois en 1966 par le YMCA de l'Argentine. Ce mouvement qui était géré par un révérend n'a pas duré. Plusieurs autres tentatives ont été faites dans les années 70 mais aucune d'elles n'a abouti. Le YMCA du Vénézuela a tenté une expérience d'implantation dans les années 80, cette initiative aussi s'est révélée vaine. YMCA Canada avait depuis longtemps montré de l'intérêt pour prendre le leadership du dossier. Convaincu que le français, langue commune aux deux pays et la présence d'une dynamique communauté haïtienne pouvaient être des conditions gagnantes, Sol Kasimer a fait un voyage en Haïti pour jeter les bases d'une collaboration. Malheureusement, il n'avait pas trouvé d'interlocuteurs crédibles. En 1999, un groupe de jeunes haïtiens aidé par Jean-Robert Chéry, Directeur général d'un organisme communautaire bien implanté en Haïti a relancé le projet. Cette année-là, l'Alliance Mondiale des YMCA, dirigée par Mr. Nick Nightingale, a mandaté formellement YMCA Canada pour implanter le YMCA en Haïti.
Pic 1
Une première rencontre a eu lieu à Vancouver entre Sol Kasimer, Michael Weil et Sheila Laursen du YMCA de Montréal, Rick McDaniels du YMCA du Nouveau-Brunswick et Frédéric Boisrond, Directeur du YMCA Hochelaga-Maisonneuve (Montréal). Dans les jours qui ont suivi cette rencontre, Frédéric Boisrond, Canadien d'origine haïtienne, s'est vu confié le mandat de proposer une stratégie et de réaliser l'implantation du YMCA en Haïti.
Il y a eu plusieurs entretiens téléphoniques et de nombreux échanges de courriels avec les jeunes d'Haïti. Entre temps, Carlos Sanvee de l'Alliance mondiale s'est rendu en Haïti pour offrir une formation aux jeunes. Frédéric Boisrond et Sheila Laursen ont tenu trois rencontres à Montréal avec Jean-Robert Chéry. En novembre 2000, lors de son premier voyage en Haïti, Frédéric Boisrond a formé un comité d'implantation composé de Gwénael Apollon, Jean-Chevalier Sanon, Bertrande Bourdeau, Lesly St-Vil et Guerline Frédéric. De nombreuses consultations ont eu lieu avec des représentants du secteur communautaire, la Chambre de commerce, des institutions d'enseignement, des ONG, des citoyens, des représentants du Gouvernement, dont la Secrétaire d'État aux Affaires sociales, Le Ministre des Haïtiens vivant à l'étranger et le Secrétaire d'État à la jeunesse et aux Sports.
Ce dernier, Monsieur Herman Nau, connaissait bien l'organisation puisqu'il était membre du YMCA de New York. Frédéric Boisrond a proposé une stratégie pour créer une structure qui permettrait aux jeunes de s'approprier de leur YMCA. Des activités ont été proposées pour leur permettre de comprendre la raison-d'être, la mission et d'élaborer une vision pour leur YMCA. Le Comité a tenu plus de dix rencontres à Port-au-Prince entre novembre 2000 et octobre 2001. Au mois d'août 2001, une délégation de 12 jeunes Haïtiens ont été reçus par le YMCA de la République Dominicaine.
Le séjour consistait en une immersion dans la réalité quotidienne du YMCA. Andrès Fortunato et Ezechiel Mojica Ramirez ont facilité cet apprentissage en permettant aux jeunes Haïtiens d'accompagner les jeunes Dominicains dans leur travail de terrain, de participer à des formations et de tenir des sessions de brainstorming. À leur retour à Port-au-Prince, les jeunes ont jeté les bases de leur YMCA. Ils ont proposé une programmation qui incluait de l'aide aux devoirs, des activités d'accompagnement des enfants défavorisés et la prévention du VIH/SIDA. Un important don de livres de l'Association des Parlementaires Québécois leur a permis de concrétiser un projet de bibliothèque.
Pic 1
En 2001, la Fondation du YMCA d'Haïti a démarré le processus d'enregistrement légal qui a abouti le 9 septembre 2002, à sa reconnaissance légale auprès des autorités du pays. Un bail a été signé pour prendre possession des locaux de l'ancien magasin de Joe Étienne sur la ruelle Carlstroem à Port-au-Prince en octobre 2001. Le premier Conseil d'administration a été formé et Guerline Frédéric fut chargée de l'intérim en tant que Présidente et Gwénael Apollon est devenu le premier Secrétaire Général du YMCA d'Haïti, avec mandat de créer un conseil d'administration de grande portée. Le comité d'implantation a pris possession du local le 1er octobre 2001 et le 15 octobre de la même année, les jeunes ont organisé une activité de nettoyage, peinture, décoration et aménagement de leur nouveau local. Cette activité qui consiste à amener une communauté à la réalisation concertée d'une tâche se nomme en créole Konbit, d'où le nom du premier Centre jeunesse du YMCA d'Haïti qui a été inauguré le 25 mai 2001 en présence de délégations du YMCA de Montréal et de la République Dominicaine, des représentants de la société civile et des ONG, des représentants du Gouvernement haïtien, dont Monsieur Herman Nau. Plusieurs journalistes ont couvert l'évènement dont Harry Delva et Ronald Boisrond de l'émission de télévision Noir du Monde (CJNT-Montréal).
Depuis sa création, il s'est développé une étroite collaboration entre le YMCA d'Haïti et le YMCA de la République Dominicaine. Depuis 2001, le YMCA d'Haïti reçoit un support financier et technique du YMCA de Montréal et de l'ACDI. La nomination de Monsieur Fritz Jean au poste de Président du Conseil d'administration auquel s'est ajouté l'implication du YMCA-USA, dont celui du Dakota du Nord, a permis d'ouvrir en 2002-2003 des Centres à Ste-Suzanne et à Camp-Perrin. L'Alliance mondiale a aussi contribué au financement et en 2004 elle a délégué Sandra Pike-Anthony et Enyo Mgba (Togo) pour aider le YMCA à développer des services pour les victimes des ouragans aux Gonaïves. La Fondation Thomas Wells et le YMCA de Ridgewood ont augmenté la coopération avec le YMCA d'Haïti et le centre de Kenscoff a vu le jour ainsi que les camps de football qui ont été redynamisés.
Pic 1
Le 12 janvier 2010, le YMCA d'Haïti a été affecté par le tremblement de terre. Le Centre Konbit, symbole de la longévité du mouvement a été détruit. Sur la base de ses 10 ans d'existence, de la notoriété acquise en Haïti et à l'étranger et sous le leadership de Gwénael Apollon, tous les acteurs de la première heure se sont joints aux nouveaux jeunes leaders pour donner un nouvel essor au YMCA. Une équipe composée de bénévoles et de professionnels comme Thomas Wells, Jack Lund, Stéphane Vaillancourt, Sheila Laursen, Shigeru Shimada, Yuria Yokoyama, Selma Zaidi, James Delia, Rick Claydon, Antonio Merino et Frédéric Boisrond ont permis au YMCA de bien répondre aux besoins des victimes du Tremblement de terre. Plusieurs acteurs dont Dr Ray Smith, Paula Gavin, Miguel Blasco, Lynda Gonzales, Simon Pluess, Andres Fortunato, et Michel Forgues ont permis au YMCA d'amasser plus de 520 000$ pour structurer ses services dans le cadre du programme HPRG, Phase I et II. Le YMCA d'Haïti a reçu l'aide du YMCA de New York, le YMCA de Kobé (Japon) et de la Fondation Wells Mountain. La participation financière et technique du YMCA de Ridgewood (USA) a permis la construction d'un nouveau Centre communautaire à Laboule et a aussi aidé avec l'apport de livres en Anglais pour ajouter à nos bibliothèques.
Le nouveau Konbit a été reconstruit et a été inauguré le 29 août 2010. Le YMCA est ainsi devenu la première organisation en Haïti à avoir reconstruit ses installations selon des normes parasismiques et dans le respect des plus hautes normes environnementales. Le YMCA d'Haïti s'est démarqué par l'ensemble des services qu'il a offert aux Haïtiens et par la rapidité à laquelle il a été capable d'agir malgré ses moyens limités. Pour toutes ces raisons, le Huffington Post a classé le YMCA d'Haïti au troisième rang de son top 10 des organisations les plus efficaces en Haïti depuis le tremblement de terre.
Pic 1
 
Respect   -   Responsabilité   -   Honnêteté   -   Prise en charge
Copyright © 2017 YMCA d'Haiti All right reserved.
... afin que tous soient un!

YMCA d'Haïti

A PROPOS DU YMCA D'HAÏTI
6, rue Carlstroem
Port-au-Prince, Haiti
(509) 2813 7372
info@ymca.asso.ht
 
TROUVER UN Y
Cité-Soleil
YMCA d'Haïti est un organisme communautaire engagé à construire l'esprit, l'âme et le corps. YMCA d'Haïti développe les jeunes, les adolescents et les adultes grâce à des programmes d'éducation et de formation du caractère, afin de leur permettre de devenir des leaders dans la création d'une communauté plus forte en Haïti.